HyperTwardowski

HyperTwardowski/Cahier métanumérique a pour objectif la réflexion sur l’utilisation et sur l’impact des méthodes numériques dans les SHS et tout particulièrement dans l’édition académique des sources. Ce cahier accompagne les travaux de la mise en ligne et de l’édition numérique des archives de Kazimierz Twardowski et de ses disciples, représentants de l’école logico-sémantique connue sous le nom de l’École de Lvov et de Varsovie. Le site d’archives numériques elv-akt.net, fondé en 2004 à l’initiative de A.W. Miskiewicz, est devenu une sorte de laboratoire expérimental où on confronte pratiquement toutes les difficultés que rencontrent les projets HN en général.

Depuis plus de vingt ans nous assistons à un spectaculaire développement de technologie numérique de communication (ITC). Les Humanités Numériques (digital humanities) étaient initialement considérées dans les SHS comme un épiphénomène. Cependant, assez rapidement on a pu constater que les Humanités Numériques ne sont pas simplement les SHS de l’époque digitale (à savoir les bibliothèques numériques et l’utilisation généralisé de l’ordinateur comme d’une sorte de super machine à écrire). Ce n’est pas non plus, seulement les SHS ‘soutenues par l’informatique’ (computer-aided humanities), à savoir les SHS profitant des extraordinaires capacités des algorithmes et de la puissance du calcul des ordinateurs, quant aux aspects computationnels de leurs travaux. Le développement des technologies de communications a apporté ainsi les changements importants dans la méthodologie des sciences en générale, dans les classifications disciplinaires au sein des institutions de recherches. Le monde change d’une manière tellement drastique que le cadre conceptuel traditionnel ne suffit plus pour comprendre toutes ces transformations (cf. Onlife Manifesto).
Dans les SHS la révolution numérique signifie un remplacement progressif des sources scientifiques matérielles telles que manuscrits, livres, photos, partitions, enregistrement audio et video, etc. par leurs représentations numériques consultables en ligne sur le WEB. Et il ne s’agit pas là simplement des documents scannés en 2D, ni même de leurs reproductions en 3D ou des programmes pour les imprimantes 3D. La véritable nouveauté des humanités numériques du XXI siècle est constituée par les bases de données enrichies. Leur construction n’est pas possible sans une véritable coopération des humanistes et des informaticiens et cela dès l’étape de la construction même de la base. Précédemment dans les SHS soutenues par l’informatique, les chercheurs en SHS construisaient leurs bases de données et les transmettaient par la suite aux informaticiens à qui on demandait a posteriori de faire un algorithme permettant l’analyse des bases de données (par ex. les archives digitalisées ou une base des données statistiques). Par contre, construire les bases de données enrichies signifie construire des objets numériques a priori le plus interrogeable possible. Pour prévoir les questionnements, il faut à l’informaticien le concours des compétences du chercheur SHS : il n’y a que ce dernier qui, connaissant son objet, peut prévoit les possibilités de questionnement futur. Ainsi non seulement l’accès au contenu des très grands corpus est rendu possible, mais aussi une véritable transformation des sources (tels que manuscrits ou cartes géographiques) en documents numériques de la recherche. Alors qu’avant nous n’avions que les scans/photos des livres, éventuellement les textes seuls (que nous pouvions extraire par le biais de la transcription ou OCRisation). XML/TEI est une méthode différente du traitement des BigData car une véritable analyse sémantique des contenus est possible grâce à l’encodage fait par des spécialistes des domaines scientifiques concernés. XML/TEI ouvre pour la réflexion méthodologique une nouvelle dimension de recherche liée à la transformation numérique des sources.
Grâce à la généralisation de la grammaire XML, l’encodage sémantique du contenu et parfois aussi des propriétés matérielles des sources, devient progressivement la norme de l’éditions académique. Son défaut principal et qu’elle est très chronophage et chère. Néanmoins, depuis le début du XXI siècle nous observons une évolution spectaculaire de l’édition académique des sources : Digital Scholarly Editions. Les bibliothèques des universités anglaises et américaines ont joué dans ce domaines un rôle pilote, mais en France aussi il y a eu des résultats spectaculaires. Et parmi les travaux pilotes, les projets de L’Ecole des Chartes ou Les Bibliothèque Virtuelles Humanistes de Tours. Les humanités numériques sont ainsi devenues synonyme de développement et de l’apprentissage des technologies numériques d’édition.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search